Quels sont les critères de sélection d’un trépied ?

Introduction

Il y a quelques semaines, j’ai cassé un pied de mon trépied en chutant (oui, je sais, je suis un boulet de première : nuit + précipitation = accident) ; du coup, j’ai engagé quelques recherches pour le remplacer et en acheter un nouveau. Cet article va donc détailler les différents critères sur lesquels je me suis basé pour faire mon choix. Ensuite, je vais faire un petit topo des différents besoins (non exhaustifs) amenant à choisir une modèle plutôt qu’un autre. Je terminerai par l’aspect financier d’un tel achat.
Initialement, je comptais faire un retour d’expérience du trépied que j’ai acheté, mais l’article est déjà bien long, un second viendra donc plus tard.
Je ne vais pas parler ici des rotules vu que je n’ai pas fait de recherche sur ce sujet. Pour le moment, j’ai encore ma vieille rotule achetée il y a plusieurs années qui n’est pas fantastique mais qui fait le job et en qui j’ai confiance pour poser mon matériel. ^^

Bonne lecture. :-)

Comment choisir son trépied ?

Dans un trépied, il existe de nombreux critères à prendre en compte pour trouver celui qui vous convient le mieux.

Le matériau

Il existe trois grandes catégories de matériaux pour les trépieds qui sont les suivants :

  • Plastique — Classiquement les trépieds premiers prix, ils sont légers mais ne peuvent pas supporter des charges très lourdes. Leur faible poids fait qu’ils ne sont pas très stables et peuvent engendrer du flou (vent, matériel trop lourd ou encore manipulation de l’appareil). Ils peuvent être utiles pour du matériel compact et si vous n’avez pas envie de mettre 200 € dans un trépied. :-)
  • Aluminium — Ces trépieds sont plus lourds que les précédents, donc plus stables et peuvent donc supporter du matériel plus lourd. Ils sont logiquement plus chers que les plastiques. Si vous débutez en photo, que votre budget n’est pas énorme et que le poids ne vous fait pas peur ce matériau peut être très bien (j’ai vécu 5 ans avec un trépied alu et je n’en suis pas mort ^^).
  • Carbone — Les trépieds carbone sont en fait en constitué de polymère chargé de fibre de carbone sous forme de nappe. Ce type de matériaux composites est très utilisé par exemple dans des pièces pour l’aéronautique. Ils permettent un gain en poids et une très bonne résistance mécanique grâce aux fibres très résistantes. Ces trépieds généralement classés dans la gamme pro permettent de soutenir du matériel plus lourd (de 5 jusqu’à 9 kg suivant les modèles) tout en conservant un poids raisonnable (entre 1,5 kg et 2 kg pour les plus gros).

Les dimensions

Comme je vais le détailler juste en dessous, il existe de nombreuses dimensions sur un trépied ayant pour chacune une importance :

  • Hauteur minimale — cette hauteur correspond à la hauteur minimale que le trépied peut faire lors de son utilisation. Généralement, sur les modèles entrée/milieu de gamme celle-ci est directement dépendante de la hauteur des pieds ce qui donne entre 20 et 30 cm minimum. Certains trépieds permettent de placer la colonne centrale à l’horizontale. En couplant cette fonction avec l’inclinaison des pieds, il est alors possible d’être au ras du sol (quelques cm). Attention : cette hauteur ne prend pas en compte la rotule. Si vous vous demandez à quoi cela peut être utile d’être au ras du sol, une des applications est la macrophotographie.
  • Dimension fermée — Cette dimension est surtout importante pour le rangement de votre pied quand vous ne l’utilisez pas. Elle est directement reliée au nombre de sections (3 ou 4 la plupart du temps) et varie donc entre 40 et 60 cm. Notez par contre que le nombre de section va influencer la stabilité du pied : plus il y en a, plus celles-ci seront fines donc moins résistantes.
  • Hauteur maximale (colonne centrale baissée) — Cette dimension est très importante, surtout si vous êtes grand. Comme vous l’aurez sûrement compris c’est la dimension avec tous les pieds développés et la colonne rentrée. Vous utiliserez probablement très souvent votre pied dans cette configuration. Pas beaucoup de contraintes dessus si ce n’est que pour un confort optimal, l’appareil posé dessus devrait être au niveau de votre tête. J’ai vécu 5 ans avec un trépied trop bas et mon dos s’en souvient encore, c’est très inconfortable. :-)
  • Hauteur maximale (colonne centrale levée) — Ne levez jamais votre colonne, cela rajoute des instabilités affreuses. ^^
  • Diamètre des tubes des jambes — Dernières dimensions qui seront directement reliées au poids maximal admissible par le trépied, devant le matériau. Cela vous donne les diamètres de chaque section. Plus celles-ci sont fines, plus elles seront souples et engendreront de l’instabilité.
  • Les angles des pieds — Cette donnée vous informe sur les différents angles que peuvent faire chaque pied. Je ne connais pas toutes les marques mais du côté de Manfrotto c’est très souvent 25°, 46°, 66°, 88°. Plus il y en a, plus votre trépied sera polyvalent dans des situations particulières. Petit conseil, prenez un modèle avec chaque pied indépendant, vous gagnerez aussi en polyvalence et en liberté.

Le poids

Deux points ici à mentionner :

  • Charge admissible — J’en ai déjà un peu parlé au début, mais ce critère est très important : ne placez pas du matériel trop lourd sur votre pied ; au mieux vos photos risqueront d’être floues, au pire votre pied sera instable et risque de flinguer votre matériel en tombant.
  • Masse du trépied — De ce côté, tout dépend de votre besoin. Cette donnée sera directement liée au matériau du trépied. À vous de savoir si vous préférer partir léger ou non. :-)

Autres critères

Il y a quelques autres critères de sélection dans un trépied que je juge importants ou intéressants :

  • Le niveau à bulle — Je dois avouer que c’est un point auquel je prête beaucoup d’attention et que je trouve important. Certains trépieds sont équipés d’un petit niveau à bulle pour être sûr qu’il soit bien à l’horizontal. Ce niveau est complété (et non remplacé) par le niveau à bulle présent sur la plupart des rotules.
  • La marque — J’avoue que dans mon cas, je n’ai eu que du Manfrotto qui a, il faut l’admettre, largement écrasé la concurrence et reste en parallèle de l’excellent matériel. Il existe cependant d’autres marques connues et de bonne qualité comme Velbon ou encore Vanguard. Après, il existe de nombreuses marques plus ou moins connues, chinoises ou non et plus ou moins réputées. Je dois avouer que dans ce domaine, je n’ai que très peu de retour. De nature, j’aurai tendance à privilégier les modèles des marques connues et reconnues pour assurer une qualité optimale. Il faut tout de même se rappeler qu’on pose sur ces objets du matériel bien plus chère qu’eux et pouvant aller jusqu’à plusieurs milliers d’euros, ce n’est pas rien.

Connaître son besoin pour bien choisir son matériel

Maintenant que j’ai un peu détaillé tous les critères d’un trépied, comment savoir quoi prendre ?
Eh bien, comme un peu pour tout achat de matériel photo, il faut savoir ce qu’on veut en faire. Utiliser un trépied pour faire de la photo studio ou pour partir crapahuter dans la montagne et faire de la photo animalière ou encore de faire de la photo de feu d’artifice le choix ne sera pas le même.
Dans le cas de la montagne, choisir un trépied léger est primordial. Il est donc plus judicieux de partir sur du carbone par exemple. Dans le cas d’une utilisation en studio, le poids n’est clairement pas un critère important : vous pouvez bien utiliser un trépied en aluminium et tout ira bien pour un budget réduit.
Je l’ai un peu mentionné plus haut, il faut aussi choisir son trépied selon sa morphologie : si vous êtes grand (1,80 m et plus), prenez un trépied assez haut. D’expérience et pour avoir faire de nombreux feu d’artifices courbé pendant de longues durées, c’est crevant et parfaitement inconfortable.
Si vous souhaitez avoir le moins d’encombrement possible, privilégiez peut-être des trépieds 4 sections pour avoir une hauteur plié réduite au détriment d’un peu de stabilité.
Autre exemple, si vous partez dans des endroits escarpés il est super intéressant d’avoir les 3 pieds indépendants et différents angles d’inclinaison pour adapter le pied au terrain et trouver la meilleure stabilité.

Pour terminer, et ce point est très important, regardez bien le poids de votre matériel pour bien dimensionner le trépied : il ne faut pas que celui-ci soit trop léger au risque d’avoir un malheureux accident.

Et bien sûr, comme pour tout matériel photo : allez tester le pied qui vous intéresse avec votre rotule et votre appareil avant de l’acheter. Rien ne vaut le contact avec le matériel pour se faire une bonne idée de celui-ci. ;-)

Et combien ça va coûter ?

Il y a de tous les prix dans les trépieds : de 20 € jusqu’à plus de 900 € (Si si, ça existe). Ceci dit, il est difficile de dire combien ça va vous coûter, tout dépend de votre besoin et de votre budget. Mais si je peux donner un conseil, un trépied peut se garder 40 ans, voire plus, si on y prend soin et qu’on ne se casse pas la figure avec comme je l’ai fait. Voyez donc l’achat d’un trépied comme un investissement si vous comptez continuer dans la photo encore longtemps. :-)
Ceci dit, un autre petit conseil, regardez bien différentes sources pour l’acheter, j’ai vu des énormes différences de prix sur un même modèle (jusqu’à 150 €). Par exemple, le trépied MT190 CXPRO3 que j’ai acheté m’a coûté 309,00 € chez Digit-Photo. Sur le site de Manfrotto il était à 438,90 €, chez Camara c’était 429,00 €, chez Missnumeric il est actuellement à 438,00 € et enfin chez Le Cirque c’est 379,00 €.
Autant, je préfère parfois acheter le matériel en boutique plus cher pour profiter du service client, autant entre la différence de prix chez Camara de 120 € (le prix d’un filtre quoi…), le fait qu’ils ne l’aient pas en stock à Grenoble et surtout parce que j’ai de très mauvaises expériences avec les vendeurs de Grenoble qui ne sont pas particulièrement aimables et compétents (je trouve), j’ai opté pour la solution sur l’internet via Digit-Photo, qui sont par ailleurs très sérieux. :-)

En conclusion

Au final, cet article fait un peu « catalogue », mais j’avais souhaité mentionner un peu tous les paramètres intéressants voire importants pour faire son choix et je ne voyais pas tellement d’autres méthode d’écriture. J’espère tout de même que cet article pourra vous aider dans vos recherches. :-)

Dans mon cas, j’ai longtemps hésité entre deux modèles : le 290 et le 190 de Manfrotto en carbone. Le premier était censé être plus haut de 7 cm (alors qu’au final pour avoir comparé les deux en boutique ne l’était pas) et plus léger de 100 g. Le second quant à lui proposait la colonne inclinable et le niveau à bulle. C’est au final sur ces deux derniers critères que j’ai fait mon choix pour le 190 CXPRO3. En effet, je me sors très souvent du niveau à bulle du trépied et je ne me voyais pas vivre sans et, vu que je compte un jour faire de la macro-photographie (quand j’aurai les moyens d’acheter une optique macro ^^), je serai très content d’avoir la possibilité de placer l’appareil au ras du sol grâce à la colonne inclinable. Pour terminer, la différence de prix n’était pas non plus énorme entre les deux.
Par ailleurs, faisait beaucoup de randonnée en montagne, j’ai acheté il y a maintenant plusieurs années un bâton de marche Léki en carbone avec filetage pour accrocher un appareil. Je ne me sépare jamais de lui quand je pars marcher tellement il est léger, confortable et super pratique. Si ça vous intéresse c’est ce modèle qu’on peut encore acheter dans quelques boutiques. ;-)
Voilà, si vous avez des remarques ou des questions à ce sujet, n’hésitez pas à m’interpeller dans les commentaires, sur Mastodon, par courriel ou encore par Diaspora*, j’y répondrai dans les plus brefs délais.

À bientôt.

Vous avez aimé cet article ?

Partagez cet article, ça reste la meilleure solution pour aider un artiste à se faire connaître. :-)
Si vous le souhaitez et le pouvez, vous pouvez aussi faire un petit don sur Liberapay pour me soutenir financièrement, ça prend à peine 5 minutes. =)


Ajouter un commentaire