Nouveau départ sur Darktable

Introduction

Cela fait maintenant plusieurs mois que je suis passé de Rawtherapee à Darktable pour traiter mes photos ; ce dernier proposant plus de fonctionnalités de traitements locaux via différents filtres. Cette migration « sur le tas » ne s’est pas vraiment faite de façon optimisée notamment dans la gestion de catalogage et de tri de mes photos. En effet, je n’ai jamais pris le temps d’étudier les fonctionnalités de Darktable sur ce point et donc j’ai naturellement fait un peu n’importe quoi. Globalement, j’importais mes photos sans ajouter de tags et je faisais mon traitement dessus pour ensuite les exporter en TIF ou JPG. Je n’utilisais alors aucune fonction de catalogage et de tri ce qui me faisait passer à côté de pas mal d’avantage et de fonctionnalités du logiciel.
En parallèle de cela, j’ai pris de mauvaises habitudes avec les années en ne supprimant jamais mes RAW inutilisés (je sais, c’est mal). La conséquence de cela, c’est près de 500 Go de photos à stocker sur sept ans et demi d’activité.
Début 2018, j’ai donc décidé de faire des gros efforts sur cet aspect en gérant mieux ma base de photos et surtout en supprimant les ratées et non utilisées (il y en a beaucoup).

Il y a quelques jours, j’ai donc décidé de repartir à zéro sur Darktable pour redémarrer sur de bonnes bases, ou du moins de meilleures. Dans cet article je vais vous faire mon retour d’expérience (même courte) et vous expliquer comment je gère désormais mes photos.

Les étapes de base avant de commencer Darktable

Comment je range mes photos ?

Avant de présenter mon usage de Darktable, je dois déjà vous expliquer comment je gère le stockage de mes photos.
Sur mon reflex, la quasi-totalité du temps, toutes mes photos sont enregistrées en RAW + JPEG, ce qui me permet de conserver les photos brutes pour le traitement mais aussi les mêmes photos en JPEG si je dois en envoyer à des gens rapidement par exemple. Idéalement, je supprime les RAW non traités, mais je conserve une trace des photos prises en JPEG comme archivage. Comme je l’ai dit plus haut, au final j’ai pris la mauvaise habitude de ne rien supprimer du tout, ce qui fait que j’ai des centaines de photos ratées en double pour rien.

Sur mon ordinateur, ma méthode de stockage est la suivante : j’ai un dossier pour mon D90 qui s’appelle Photo_D90/ (c’est original, nan ? ^^). N’ayant qu’un seul reflex pour le moment, cela me va bien, je changerai probablement de nom si un jour le D750 de mes rêves arrive. ^^
Ensuite, je classe mes photos par années, j’ai donc plusieurs dossiers 2010/, 2011/ jusqu’à pour le moment 2018/. Cela me permet de ne pas avoir des listes trop longues. Au niveau suivant, les photos sont rangées par date : on retrouve donc des dossiers de ce format-là : 2017_04_10/. Si j’ai fais une sortie de plusieurs jours et que je souhaite avoir les photos dans le même dossier (une randonnée sur deux jours par exemple), je crée un dossier 2017_08_15-16/. Enfin, pour séparer les JPEG des RAW, je crée un dernier dossier RAW/. Les fichiers JPG restent dans le dossier daté du jour de la sortie ce qui me permet de voir les photos dans mon navigateur juste en sélectionnant une date.
Pour terminer, les photos traitées issues des RAW (en TIF et JPG) vont dans un dossier spécifique TIF/ et JPG/.
Je crois que je vous ai perdu là, du coup pour synthétiser tout ça, voilà une image de mon architecture ;-) :

Dossiers de stockage de mes photos

Comme vous le voyez, je n’utilise aucun nom thématique ou liés directement au sujet de la série de photos. J’arrive à retrouver rapidement de tête la date approximative d’une sortie spécifique sans avoir besoin de surcharger ma hiérarchie avec des noms. Maintenant que je catalogue mieux sur Darktable, j’ai désormais beaucoup plus de fonctions de recherches pour retrouver encore plus rapidement une photo très spécifique.

Comment j’importe mes photos de mon appareil ?

Pour cela, rien de bien fantastique ni d’original, je le fais à la main pour les ranger comme je le souhaite dans mon dossier principal. Je dois pouvoir le faire de façon plus automatisée mais ça fonctionne tout aussi bien.
Il existe une fonction sur Darktable pour importer les photos automatiquement dans un certain dossier, mais je trouve que ça complique plus que ça ne fait gagner du temps. Je vous le présenterai très rapidement tout de même ici.

Ouvrons Darktable pour la première fois

Maintenant que j’ai mes photos bien rangées dans mes différents dossiers de mon PC, je vais vous présenter ma configuration de base de Darktable et la façon dont j’importe mes photos.

Les paramètres

La première chose que j’ai faite avant de commencer toute importation est de personnaliser les paramètres du logiciel.
Pour cela, vous pouvez aller lire la documentation sur le site de Darktable.org par ici qui explique chaque champ.
Dans mon cas, j’ai plus ou moins conservé les paramètres de base et j’en ai adapté certains :

  • l’ajout du nom d’auteur, de la licence et du site de diffusion dans les EXIFS lors de l’importation. Cela permet d’avoir directement le crédit dans chaque photo sans que j’ai à le faire manuellement ; c’est pratique.
    Ajout des infos du photographe dans les exifs lors de l’importation
  • si vous souhaitez utiliser la fonction d’importation des photos depuis l’appareil vers votre PC, vous pouvez modifier ces champs pour personnaliser la destination. Dans mon cas, cela donne ceci (à adapter bien évidemment à votre système d’archivage) :
    Destination des photos lors de l’importation
  • Il existe de très nombreux noms génériques permettant de personnaliser automatiquement les dossiers aux photos (pour ajouter dans le nom du dossier la date de la photo, son ISO, ou encore le format du fichier). La liste complète est disponible par ici.

  • enfin, par défaut les photos importées sont taguées avec une étoile. J’ai replacé ça par aucune étoile de base.

Ajouter des photos à Darktable

Si vos photos sont toujours sur votre reflex, branchez-le et depuis Darktable utilisez la fonction « Importer depuis le boîtier ». Sélectionnez la liste des photos qui vous intéressent et faite ensuite « importation ». Darktable placera directement les photos dans le dossier que vous avez définit dans les préférences.

Personnellement, j’importe physiquement les photos en amont sur mon PC, du coup j’utilise plutôt la fonction d’importation de mon dossier 2017_12_29/NEF/.
La fenêtre qui s’ouvre est alors la suivante :

Fenêtre d’importation d’un dossier

Comme vous pouvez le voir, Darktable applique directement les crédits de votre photo que nous avons définit par défaut dans les paramètres. Il est aussi possible d’utiliser des tags pour pouvoir retrouver ses photos plus tard. J’en parle juste après. Pour le moment, je laisse cette case vide.

Une fois l’importation terminée, Darktable ajoute une nouvelle pellicule dans l’onglet « Filtre de collections » avec le nom du dossier.
Cet onglet vous permet de retrouver dans toutes les photos importées des photos spécifiques en appliquant différents filtres : par date, par focale, par ouverture, par ISO, par tags, par dossier, etc. Cette fonction de recherche peut être très performante si vous avez appliqué des règles dès le début à vos importations.

Ma gestion des tags

Depuis que j’utilise ce logiciel, je n’ai jamais utilisé les tags pour trier mes photos. J’ai donc décidé ces derniers jours d’étudier une vraie logique dans la gestion de ceux-ci.
Darktable propose en effet une gestion des tags plutôt performante avec la possibilité de hiérarchiser les mots. Par exemple, on peut définir un mot parent avec des mots enfants : par exemple j’ai créé un tag principal « Faune » avec des tags enfants « chamois », « marmotte », « bouquetin », etc.
À chaque fois que je taguerai une photo avec le mot « Chamois », celle-ci ressortira aussi si je fais une recherche sur le terme parent « Faune ». Ça permet de trier un peu plus finement les mots clefs.

Du coup, avant même de commencer à taguer des photos, j’ai pensé à ma structure de mots. C’est après un petit moment de travail que j’ai écrit une liste d’environ 500 termes regroupés en plusieurs thématiques. Comme c’est un peu pénible d’éditer tous ces tags dans Darktable, il est possible de les écrire dans un fichier texte qu’on peut ensuite importer dans le logiciel.
Parce que je suis sympa avec vous et que j’aurais bien aimé trouver une liste comme celle-ci pour me faciliter la tache au début, je publie la mienne via ce lien. Comme je me suis dit que j’allais vous la partager, j’ai intégré plus de 200 sports, différentes thématiques liées aux saisons, aux heures de la journée, aux émotions, aux différents évènements qui peuvent exister ou encore différentes techniques photo (panorama, HDR, macro, noir et blanc, etc.). Pour faire des recherches par lieu, j’ai aussi intégré tous les départements français classés par régions (même les DOM–TOM). J’éditerai sans doute régulièrement cette base selon mes besoins, mais bien entendu, je vous invite fortement à vous l’approprier et la compléter selon vos besoins. ;-)

Une fois que mes photos sont importées dans Darktable, j’applique donc ces différents tags selon le sujet. Après quelques essais de recherches par tags, je dois avouer que c’est super pratique et je vous conseille fortement d’en faire autant. :-)

Le classement des photos

Enfin, avant de commencer le traitement proprement dit, j’essaye ensuite d’appliquer des notes aux photos avec le système d’étoiles. Essayez aussi de trouver votre méthode de tri personnelle, je ne peux pas dire que la mienne est mieux, elle est juste adaptée à mon besoin. Du coup je ne vais pas trop m’étendre dessus. Par contre, une chose que j’applique désormais pour respecter mes résolutions 2018, c’est que tous les RAW ratés sont maintenant tagués par la croix rouge pour être ensuite supprimés définitivement et ainsi gagner de la place de stockage.
Il m’arrive aussi d’utiliser le classement par points de couleurs, mais ça reste rare. Je le fais souvent pour trier par thème dans une même série : portrait, paysage, panorama, etc.

En conclusion

Je n’ai pas encore beaucoup de recul sur ma nouvelle gestion de catalogage de mes photos sous Darktable vu que ça ne fait quelques jours que j’ai initié cette remise à zéro.
Cependant, je peux déjà vous dire qu’il vous faudra un peu de rigueur, surtout au début, pour partir sur des bases stables. Par contre, une fois que vous aurez l’habitude de manipuler l’outil et vos tags, ça ne demandera pas beaucoup plus de temps qu’avant.
Après quelques essais de recherches avec les différents filtres de Darktable, je dois avouer que c’est tout de même extrêmement performant. Je pense qu’une fois ma base complétée avec plusieurs milliers de photos, ça sera un plaisir de naviguer dedans pour par exemple retrouver sur toutes mes années de pratique une photo d’un chamois photographié en hiver au coucher du soleil dans le massif de la Vanoise avec un ISO inférieur à 800 et une focale supérieure à 300 mm. Bon, pour le moment je n’ai pas encore cette photo, j’en suis sûr, mais techniquement c’est ce type de recherches que vous pourrez faire avec Darktable. :-)

J’espère en tous cas que mon article vous aidera à franchir le cap d’une meilleure utilisation de Darktable et une meilleure gestions de vos photo. N’hésitez pas à me dire dans les commentaires si vous avez d’autres façon de trier vos photos qui pourraient compléter les miennes, ça m’intéresse. :-)

Pour en savoir plus

Pendant mes recherches pour la rédaction de cet article, je me suis basé bien entendu sur la vidéo de Carafife, que je ne vous présente plus je pense, qui explique le fonctionnement de catalogage de Darktable. Je vous conseille très vivement de regarder sa vidéo si ce n’est pas déjà fait. Il explique notamment la différence entre l’importation depuis l’appareil et depuis un dossier. Si vous souhaitez utiliser l’importation depuis l’appareil, cette vidéo sera bien plus détaillée que mon article sur cet aspect.
J’ai trouvé aussi une nouvelle série du photographe OuiOuiPhoto qui est, à l’heure où j’écris ces lignes, en train de tester la migration de Lightroom vers Darktable. Son 1er épisode est justement sur le système d’importation et de tri des photos. J’aime beaucoup sa démarche sans a priori sur Darktable donc j’ai souhaité parler de lui ici.

Vous avez aimé cet article ?

Partagez cet article, ça reste la meilleure solution pour aider un artiste à se faire connaître. :-)
Si vous le souhaitez et le pouvez, vous pouvez aussi faire un petit don sur Liberapay pour me soutenir financièrement, ça prend à peine 5 minutes. =)

Ajouter un commentaire